Le Randonneur Agrandir l'image

Le Auto-stoppeur, Forchino - FO85551

FO85551

Nouveau

Dimensions statuette 18 x 18 x 39 cm. À l’office du tourisme du Parc national Los Alerces, en Patagonie, le garde-forestier qui m’a reçu a remarqué que j’avais choisi le chemin le plus difficile du circuit. Méfiant, il m’a demandé si j’étais en condition physique pour accomplir une telle aventure. Je ne peux nier que je me suis senti un peu vexé. ” Évidemment “, ai-je menti avec aplomb.

Plus de détails

€ 222,31

En savoir plus

Le Auto-stoppeur, Guillermo Forchino

À l’office du tourisme du Parc national Los Alerces, en Patagonie, le garde-forestier qui m’a reçu a remarqué que j’avais choisi le chemin le plus difficile du circuit. Méfiant, il m’a demandé si j’étais en condition physique pour accomplir une telle aventure. Je ne peux nier que je me suis senti un peu vexé. ” Évidemment “, ai-je menti avec aplomb.
J’ai attaqué la marche d’un pas ferme, en sifflotant Le Pont de la rivière Kwai. La première heure aurait été plus facile sans les orties, les moustiques, les sangsues et ma chaussure droite, dont la semelle s’est décollée.
Ensuite, les choses se sont un peu compliquées en raison de mes problèmes de vertige et de tachycardie, et du fait que le chemin grimpait jusqu’à un précipice de 250 mètres entre d’énormes rochers glissants. J’ai senti un pincement dans ma poitrine, mon cœur s’est mis à battre un peu plus vite. J’ai pris mon pouls, compté 140 pulsations par minute… et ma vue s’est brouillée.
Six heures plus tard, quand j’ai rouvert les yeux dans l’hélicoptère sanitaire qui me transportait à l’hôpital, j’ai demandé au secouriste si je pourrais poursuivre mon ascension. ” Vu votre état de santé –m’a-t-il répondu sèchement-, vous ne pourrez même pas monter sur un tabouret” 

Avis

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Le Auto-stoppeur, Forchino - FO85551

Le Auto-stoppeur, Forchino - FO85551

Dimensions statuette 18 x 18 x 39 cm. À l’office du tourisme du Parc national Los Alerces, en Patagonie, le garde-forestier qui m’a reçu a remarqué que j’avais choisi le chemin le plus difficile du circuit. Méfiant, il m’a demandé si j’étais en condition physique pour accomplir une telle aventure. Je ne peux nier que je me suis senti un peu vexé. ” Évidemment “, ai-je menti avec aplomb.

Donnez votre avis